Le sommeil, ressource stratégique

Pourquoi le sommeil de vos salariés est-il une ressource stratégique ?

L’énorme coût caché pour l’entreprise.
Chiffres et données incontournables dans cette vidéo d’1 minute 30.

Comment transformer la ressource stratégique sommeil en un véritable avantage compétitif ?

L’idée que le sommeil est un luxe qui devrait être sacrifié au profit du succès semble avoir fait son temps.
En effet, les études sont de plus en plus nombreuses à montrer que le manque de sommeil représente un « coût caché », qui nécessiterait d’être pris en compte par les entreprises souhaitant s’assurer du bien-être de leurs salariés tout en gagnant un avantage compétitif.

Vous souhaitez calculer la perte globale due au manque de sommeil pour votre entreprise ?
Voici les données vous permettant d’obtenir un ordre de grandeur :– D’une part, le coût pour l’entreprise par salarié par an du manque de sommeil et de l’insomnie, en termes de perte de productivité :
4 312 € par salarié insomniaque par an et 2 516 € par salarié en manque de sommeil par an* – pour voir la vidéo d’1 minute 30 avec les données : cliquez ici.– D’autre part, les statistiques de l’insomnie et du manque de sommeil en France :
1/4 des Français se plaignent de manque de sommeil, et 16% déclarent souffrir d’insomnie, selon l’étude de l’Institut National de la Veille et du Sommeil, menée en 2015.Votre entreprise compte 1000 salariés ?
Voici le coût global annuel du au manque de sommeil et à l’insomnie pour votre entreprise, en termes de perte de productivité :
Coût global annuel = 1 318 920 €[(1000 x 25%) x 2516 €] + [(1000 x 16%) x 4 312 €] = 629 000 + 689 920 = 1 318 920 €

A ce coût en termes de baisse de productivité, il conviendrait d’ajouter encore le coût lié spécifiquement aux conséquences en termes d’absentéisme :
Absentéisme multiplié par 229% à 300% chez les employés insomniaques*.

*Source : The Cost of poor sleep : Workplace Productivity Loss and associated costs, JOEM, Volume 52, Number 1, January 2010. American College of Occupational and Environmental Medicine.
Professional Correlates of Insomnia, Léger et al. , Hôpital Hôtel-Dieu, Paris, Sleep, Vol.29, N°2, 2006.

 

Plusieurs leaders du monde de l’entreprise ont commencé à mentionner publiquement l’importance du sommeil :

C’est le cas notamment d’Arianna Huffington, fondatrice et rédactrice en chef du site d’actualités politiques The Huffington Post. Arianna Huffington a même écrit un livre entier sur le sujet du sommeil, intitulé « La révolution du sommeil » :
« Nous traversons une grave crise de privation, dont les effets sont dévastateurs sur notre santé physique et morale, notre épanouissement, nos capacités de travail…Le sommeil ne doit plus être une variable d’ajustement dans notre vie ».
« Nous vivons une période de transition fascinante, dans laquelle de plus en plus d’entreprises commencent à réaliser que vivre et travailler de cette façon a des conséquences terribles – pas seulement sur la santé et la productivité de leurs employés, mais aussi sur leur résultat financier ».

C’est aussi le cas d’Anne-Marie Slaughter, directeur de la planification politique au sein du département d’État des États-Unis et présidente de l’organisation à but non lucratif New America.

C’est encore le cas d’Eli Broad, fondateur de la société immobilière Kaufman et Broad, fondateur et PDG du géant financier Sun America : « Lorsque j’ai fondé Kaufman et Broad, je savais qu’il y avait 2 choses que je devais faire absolument. La première était d’avoir 8 heures de sommeil par nuit. Sans cela, mes 16 heures restantes n’allaient pas être ce qu’elles pouvaient être. »

 

Certaines entreprises, comme Google, mettent désormais à disposition de leurs salariés de véritables espaces pour faire la sieste quand ils le souhaitent.
En effet, si quelques minutes de sieste peuvent éviter de couteuses erreurs, alors cela justifie pour l’entreprise ce changement culturel et ce choix d’investissement.

Le groupe d’assurances américain Aetna a mis en place un programme qui rémunère les employés qui ont des nuits de sommeil de 7 heures ou plus de façon régulière.
Mark Bertoloni, PDG du groupe Aetna, croit en effet qu’il existe un lien direct entre sommeil, productivité salariale et profits accrus pour l’entreprise.

Le professeur David Hillman, directeur de la Fondation pour le Sommeil et la Santé en Australie explique : « Ce PDG [Mark Bertolini] reconnait les fait que l’on peut se présenter au travail et être en capacité de fonctionner…mais pas de façon optimale. Ce qu’il recherche, c’est la performance optimale, et c’est ce que le sommeil permet d’obtenir ».

Prendre contact Voir les témoignages vidéo Voir les témoignages